ENTETE_DEF_SOUVENIRS_ENFANT

LA BLAGUE A TABAC 

Pépère sortait de sa poche sa blague à tabac, (la même que celle qu'elle
possède aujourd'hui !)

Copie_de_DSC05023

et, tout en respirant fort tant il était concentré, 
il égrenait d'une main tremblante son tabac dans le pli du tissu. Il en
mettait partout et ramassait les miettes d'un geste large du tranchant
de la main pour les remettre dans sa blague.

Puis il tirait une mince feuille de papier de son étui et donnait un grand
coup de langue baveuse sur le haut de la feuille, l'appliquait
maladroitement sur le bord adéquat et claquait le couvercle de sa boîte.

La cigarette ressortait comme par magie et l'enfant ne se lassait pas
de ce moment ! Enfin, il l'allumait avec son briquet d'amadou, crachait
quelques brindilles et inhalait une longue bouffée qu'il rejetait par le nez.
Il gardait son mégot, éteint bien souvent, au coin des lèvres et pensait
à le rallumer de temps en temps ... La petite fille n'a aucun souvenir
d'une odeur quelconque !?


LA MUSETTE
Pépère travaillait à l'usine Pathé Marconi à Chatou.

logo_pathe

Il était ce qu'on appelle maintenant “homme de surface” pour ne pas 
employer le terme simple et explicite d'homme de ménage !
Sa grand-mère lui préparait son repas dans une boîte en fer blanc à
deux étages. Il mettait la boîte ainsi que son litron de rouge dans sa
musette en toile beige militaire et partait travailler tôt le matin, le pas
traînant, le béret noir vissé sur le crâne, ses grosses lunettes toutes
embuées par le froid.

Aujourd'hui, je réalise qu'il y allait à pied et qu'il y avait au moins 6 kms
ou plus à parcourir par tous les temps matin et soir !!!

musette


LE RASAGE DU DIMANCHE

Pépère avait un nécessaire à raser portatif en métal ! Cela consistait en
un récipient creux surmonté d'une glace grossissante sur tige et d'un
support pour le blaireau. Il faisait mousser dans un bol à l'aide de son blaireau
le savon puis s'entourait la poitrine d'une grande serviette.
S'approchant au plus près de la glace, il appliquait la mousse blanche sur
son visage et la petite fille riait de le voir ainsi ! La lame du coupe-choux
glissait sur sa peau ridée et produisant un léger crissement. Malgrè ses
mains tremblantes, il ne se coupait pas ...A la fin de cette laborieuse
opération, il restait toujours sur ses joues des traces de savon et quelques
poils oubliés dans le pli que faisait ses grandes oreilles ! La fillette avait droit
alors “au baiser d'étrenne” comme il disait. Elle adorait son grand-père
et lui faisait faire tout ce qu'elle voulait !

Copie_de_elle_lui_faisait_faire_tout_

main_et_coupe_choux  service___barbier