DSC06696__R_solution_de_l__cran_DSC06697__R_solution_de_l__cran_

J'ai pris l'escabot pour chercher mes pots de blé et lentilles et j'ai fini par les trouver ! Ouf, quel bazar là dedans mais je ne me laisserai pas avoir comme avec l'armoire !!!

Comme le veut la tradition provençale, le 4 décembre, date de la Sainte-Barbe,
On va semer le blé. On le dispose sur du coton imbibé d’eau (vous pouvez éventuellement utiliser des lentilles).

ANEMONE


Pourquoi cette tradition ?

Si le 25 décembre, le blé a bien germé, c’est signe que la moisson sera bonne ( une bonne année s’annonce ! ). Si, au 
contraire les grains ont pourri, mauvais
présage ! ( gare à la nouvelle année ! ).

STE_BARBE

Pourquoi le 4 Décembre les marins, canonniers, armuriers, artilleurs et pompiers 
fêtent-ils Sainte-Barbe ? et pourquoi, dans la marine, nommait-on autrefois
Sainte-Barbe l'endroit du vaisseau où était entreposé le matériel d'artillerie ?
Rien dans la légende ne semble pouvoir l'expliquer, si ce n'est le feu du ciel qui
s'abattit sur le bourreau de la vierge martyre.
Sainte-Barbe serait née en Nicomédie vers la fin du 3ème siècle de notre ère de
parents païens, distingués et fort riches. Dotée d'une incomparable beauté,
Barbe était adorée par son père qui, pour la soustraire aux regards chargés de
convoitise des hommes, fit construire une haute tour où il l'enferma. Ainsi recluse,
Barbe se tourna tout naturellement vers la méditation, aspirant vivement aux joies
du Royaume Eternel tant son séjour sur terre était triste pour elle.
A la même époque vivait à Alexandrie Origène, homme d'Eglise renommé.
Sa célébrité arriva jusqu'à Barbe qui réussit à lui écrire et obtenir de lui des livres
saints. Imprégnée de ces lectures et à présent convaincue de sa foi, Barbe voulut
recevoir le baptême d'Origène lui-même. Ce faisant passer pour médecin, il fut
admis et laissé auprès d'elle. Mais  hélas, Origène ne put s'empêcher de parler
au-dehors de l'incomparable beauté de Barbe qui, comme Dulcinée, fut aimée sans
avoir été vue. Aussitôt demandée en mariage par des nobles de la contrée, elle
refusa chaque proposition, ne voulant aimer que son Dieu Jésus-Christ.
Son père, irrité de ces refus, et après l'avoir battue, traînée par les cheveux et
enchaînée, la dénonça alors comme chrétienne au proconsul Marcien chargé de
traquer les chrétiens dans cette région. Devant Marcien, Barbe renouvela sa foi.
Frappée à nouveau jusqu'au sang, elle fut conduite en prison le corps couvert de
plaies. Le lendemain, il ne demeurait plus aucune trace de sévices sur son corps
et elle attribua ce miracle à Dieu.
Présentée à Marcien, elle lui confirma son amour pour Dieu avant d'être une nouvelle
fois livrée au bourreau. Mais rien n'y fit. Aucun supplice ne pouvant infléchir tant de
résolution et de résistance, le proconsul ordonna la peine capitale. Le père de Barbe
exécuta lui-même l'horrible sentence et trancha la tête de sa fille. Mais alors qu'il
redescendait la montagne où il venait d'accomplir son acte monstrueux, le feu du ciel
tomba sur lui et le consuma entièrement...(Almanach du Var 1993).