Tout d'abord, bonjour les amis du dimanche ! Vous dire simplement que je risque d'être "absente" du monde bloguesque quelque temps car je change d'unité centrale. Je vais passer d'un shutlle (29x19x18 cm) de 120 Go à une tour de 330 Go avec, en plus, "My Book" (mémoire externe) qui a une capacité de 500 Go ... Oui, c'est plus encombrant mais je vais pouvoir "m'étaler" un peu mieux ! Voilà, vous savez tout (ou presque ...).

image
Mon shuttle

°°°000 - 000°°°

A présent, je vais vous montrer un bien joli coin, le ROCHER DE LA GARDE :

Je dédie ce post à tous les gardéens/gardéennes et en particulier à ma Noireaude !

0___P_


DSC07639___P_

DSC05928___P_

DSC07578___P_

DSC07579___P_

2

Ce surprenant rocher est composé d'andésite (roche magmatique et volcanique primaire) de couleur bleu-vert (il contient du porphyre). Surprenant dans le paysage plat de La Garde, il intrigue et nous avons été y voir de plus près il y a trois ans pile poil aujourd'hui !

Image0004___P_

1___P_

collage

Une ancienne carrière abrite quelques ruines et des chèvres et un très beau bouc qui y passent des jours heureux à brouter la belle herbe verte !

collage2

collage3
Tout en haut, bien "accrochée au rocher, l'ancienne église Notre-Dame (XIIe s).

"D'architecture romane de transition, elle s'intégrait parfaitement dans le système défensif du village. Ancienne église paroissiale Notre-Dame jusqu'en 1782 et lieu de sépulture des seigneurs de La Garde, elle fu agrandie en 1480 par la chapelle Saint Jean-Baptiste, au nord (aujourd'hui disparue) et la chapelle ogivale Notre-Dame de l'Annonciade, au sud, où Elisabeth de Forbin fonda une chapellenie en 1537. Elle était à l'origine surmontée d'un lourd clocher que le curé Martin fit abattre au cours de la restauration en 1866, car il menaçait de tomber. Elle a été entièrement dévastée en 1793, lors du siège de Toulon. Le poète Jean Aicard la sauva du pic des carriers en la faisant classer monument historique en 1916. Elle fu restaurée de 1983 à 1989 et sauvée une nouvelle fois grâce à la mobilisation de la population, de la municipalité, des associations gardéennes, après un décrochement de plusieurs tonnes de rocher."

Mais "redescendons" un peu pour suivre le chemin balisé qui nous mènera tout en haut :

3___P_
Les remparts formés de grosses pierres d'andésite.

"Les remparts qui défendaient le village au Moyen Âge sont formés de grosses pierres d'andésite de couleur bleu-verte, disposées en assises régulières dans le parement. Dans le massif, des pierres de toutes formes et de toutes grandeurs sont noyées dans du mortier devenu aussi dur qu'elles. Les pierres de grés ont été extraites sur place mais, d'après la tradition, le sable apporté à dos de mulet par les habitants proviendrait en partie de la plage de l'Almanarre à Hyères. A cet emplacement se trouvait la porte du levant des premiers remparts."

collage1

4___P_

Le château de Passis

5___P_

"Très bel hôtel seigneurial du début du XVIIe s acheté en 1748 par Charles Joseph Paul de Thomas, à la famille Marck-Tripoli-Panisse-de Passis. En 1700, le château renfermait l'auditoire et le greffe de justice de paix subalterne.Pendant la guerre, la bâtisse appartenait au peintre Dieudonné Jacobs. Aujourd'hui, la ville en est propriétaire presque en totalité."

6___P_

Nous passons de bien belles portes

DSCF0031___P_

porte_ouest_des_premiers_remparts_dite_porte_du_couchant
Porte ouest des premiers remparts dite "porte du couchant".

Nous voilà sur les hauteurs :

DSCF0060
Oratoire Saint-Maur. Cliquez pour voir les petits anges !

"Ce petit édifice en pierre d'appareil réglé a été construit à la fin du XVIIe s. ... Il était auparavant situé sur le bord de la propriété de M. Gaillard, ancien maire de La Garde. La population s'y rendait en procession pour les rogations. Il a été déplacé et reconstruit ici même en 1981. On remarque deux petits anges sur la partie cintrée. Une guirlande de fruits et de feuillages ainsi qu'une tête d'ange sous la niche qu'on peut encore deviner, l'ornaient."

LA VUE DES HAUTEURS :

11___P_
Vue au travers de la ville en contrebas

12___P_

9___P_

13___P_

DSCF0004___P_

7___P_

AU SOMMET DU ROCHER :

DSCF0006___P_
La tour sud-ouest du château

"Unique vestige, avec quelques pans de muraille de ce qui fut l'ancienne demeure ds seigneurs de La Garde. C'est parce qu'elle fut transformée en moulin à vent dans les années 1820 qu'elle se dresse encore fièrement aujourd'hui. L'épaisseur de ses murs est de 2 m à la base et son diamètre hors d'oeuvre de 8 m. La construction du château est antérieure au XIIe s, son plan formait un quadrilatère irrégulier flanqué de trois tours rondes.

DSCF0017

Deux citernes creusées au milieu de la cour recevaient les eaux de pluie. La partie habitable était composée d'une vingtaine de pièces meublées et décorées d'une cinquantaine de tableaux. Le château fut habité par les descendants des Thomas jusqu'en 1792."

DSCF0016___P_

DSCF0003___P_

DSCF0007___P_

DSCF0013___P_
Voilà ce que l'Homme regarde !

 

8___P_

La carrière vue des hauteurs

DSCF0010___P_

MAIS DESCENDONS DOUCEMENT :

DSCF0022___P_
La tour, vue sous un autre angle, laisse apparaître le ciel bleu !

DSCF0026___P_
Dans le village sur le rocher, les gardéens parent leurs jardins de bien agréable façon.

DSCF0033___P_

DSCF0034___P_

DSCF0036___P_
La tour de l'horloge

"Adossée au mur du premier rempart, elle fut construite en 1777 par l'entrepreneur Angaurran de Toulon sur une partie de maison appartenant à Joseph Gasquet. L'horloge et le campanile furent fabriqués par Petitjean, maître serrurier et horloger à Signes. La cloche fut fondue dans le jrdin de Maur Grué par Galopin, fondeur à Aix. Brisée par un éclat d'obus lors de la libération en 1944, c'est l'entreprise Donat Charles de La Garde qui la remplacera par l'actuelle ... Le campanile y perdit la girouette millésimée 1777. L'actuel cadran de 1856 est l'oeuvre d'un certain Vanderbergh, horloger à Toulon."

DSC07587___P_

Clocher de l'église de la Nativité

DSCF0044___P_

arton2341
http://www.diocese-frejus-toulon.com/La-Garde-Notre-Dame-de-la-Nativite.html

ET NOUS VOILA AU TERME DE NOTRE BALADE :


DSCF0049___P_
Le vieux colombier seigneurial

"De bonne construction, il existait déjà en 1580... En 1885, on pouvait encore y voir, contre la paroi circulaire, un très grand nombre de logettes en plâtre pour les pigeons. Il était intégré dans les seconds remparts."

DSCF0057___P_

ET POUR INFORMATION :

La commune de La Garde tient son nom de son rocher qui, dès l'Antiquité, a servi de poste de guet.
La Garde
possède des vestiges de l'Antiquité et de la période romaine
Cité en 1056 sous le nom de Guarda, le château fut fief des évêques de Toulon au XIIIe siècle, des Castellanes au XVe, puis seigneurie des Glandevès puis des Thomas. Aujourd'hui il n'en reste que la chapelle et une tour d'angle.
Vigie de Toulon au Moyen Âge.
La Garde a subi de nombreuses invasions mais aussi les guerres de religion. Elle fut saccagée en 1707 par les troupes de Savoie alors qu'elle était connu sous le nom de La Garde lès Toulon.
Saint Maur, patron de la commune, est en fait un dénommé Maur qui passa par là en 542. Affamé lorsqu'il entra dans le village, une vieille femme lui donna pour du pain et des oignons. Maur les bénit et décida qu'à partir de ce jour, les oignons de
La Garde aurait la douceur de la pomme.
Ancien centre agricole prospère, la Garde est devenue banlieue urbaine de Toulon.
Du rocher d'andésite on a extrait les pavés de Toulon.
Plus récemment, pour "punir" la ville de Toulon de s'être livrée aux anglais, Napoléon Bonaparte transferra le quartier de Ste Marguerite au village de La Garde. C'est pourquoi, il y a une mairie annexe dans ce quartier, un peu éloigné du centre ville administratif de la commune.
WIKIPEDIA

BON DIMANCHE !