Image1_38Image1_38Image1_38Image1_38Image1_38Image1_38Image1_38Image1_38

TOUT A COMMENCE ICI (ne disposant pas du ROUGE DIOR, c'est avec celui de Canal Blog que j'écrirai mon texte ...) !

DSC05584__R_solution_de_l__cran_

collage4
Granville printemps 2007

Christian Dior, les années avant couture : 1905 - 1934

Christian Dior naît le 21 janvier 1905 à Granville, en Normandie, dans une famille aisée. Son père, en effet, est à la tête d'un groupement d'usines chimiques avec son cousin Lucien Dior. Quant à Madeleine Martin, la maman de Christian Dior, elle est issue d'une famille bourgeoise. Le petit garçon grandit donc dans un milieu privilégié, entouré de ses deux frères et de ses deux soeurs, dans la villa Les Rhumbs. Il écrit à propos de cette dernière : "La maison de mon enfance... j'en garde le souvenir le plus tendre et le plus émerveillé. Que dis-je ? ma vie, mon style, doivent presque tout à sa situation et à son architecture."

Christian Dior, grand nostalgique de son enfance, ne devient pas couturier du jour au lendemain. On peut même dire que son parcours est atypique puisqu'en 1925, il intègre Sciences Politiques pour peut-être devenir un jour diplomate. Mais sa passion de l'architecture et de l'art revient en force. Il ouvre ainsi une galerie d'art avec un ami.

Puis s'annoncent des années noires pour la famille de Christian Dior avec le décès de sa mère en 1931 et la ruine de son père, qui, de 1932 à 1938, vend la totalité de ses biens dont la villa Les Rhumbs.

Christian Dior... illustrateur, Christian Dior... couturier : 1935 - 1945

Avant de devenir le grand couturier que l'on connaît, Christian Dior se fait remarquer comme illustrateur de mode pour Le Figaro, jusqu'en 1942. Entre temps et plus précisément en 1938, il entre comme modélistechez Robert Piguet, le plus grand couturier parisien de l'époque. Il le quitte en 1941 pour devenir l'assistant de Lucien Lelong avec Pierre Balmain. Ce dernier part en 1945 pour fonder sa propre maison, Christian Dior devient alors le principal modéliste de la maison Lelong.

Christian Dior, fondateur de la maison Dior : 1946 - 1957

En 1946, Marcel Boussac, un très riche industriel, propose à Christian Dior de le financer pour créer une maison de couture à son nom. C'est ainsi que naît la célèbre maison Dior, qui s'installe au 30, avenue Montaigne. En s'entourant d'amis, celle-ci devient une vraie maison de famille.

Le 12 février 1947, Christian Dior présente sa première collection. Sa ligne "Corolle", que l'on surnomme "The New Look", est un succès. Cette expression est l'œuvre de Carmel Snow, rédactrice en chef du Harper's Bazaar qui, en voyant la collection, s'exclama : "C'est une révolution, cher Christian, it's quite a New Look".

A propos de la ligne Corolle, il écrit : "Je dessinai des femmes-fleurs, épaules douces, bustes épanouis, tailles fines comme lianes et jupes larges comme corolles".

Mais Christian Dior ne veut pas seulement vêtir les femmes, il veut aussi les maquiller et les parfumer, considérant que le parfum est "le finishing touch d'une robe". Est ainsi.é en 1947 le parfum Miss Dior et en 1948 est créée la Société des Parfums Christian Dior. Il faut attendre 1955 pour que les femmes puissent habiller leurs lèvres avec le Dior Rouge. A noter que la même année, il embauche Yves Saint-Laurent comme assistant.

Le voyage qu'il effectue en 1947 aux Etats-Unis a pour conséquence la création le 28 octobre 1948 de la filiale "Christian Dior New York, Inc." à l'angle de Fifth Avenue et de 57th Street. On peut y trouver le prêt-à-porter femme de grand luxe et les accessoires.

Après avoir publié ses mémoires en 1956 ("Christian Dior et moi"), il a le privilège de figurer sur la couverture du Time le 4 mars 1957. Cet évènement est important dans le sens où c'est la première fois qu'un couturier occupe une place aussi considérable dans la presse américaine.

En 1957, il présente sa dernière collection Automne/Hiver : la "ligne fuseau". Il meurt le 24 octobre 1957 en Italie d'une crise cardiaque à l'âge de cinquante-deux ans.

Les années post Christian Dior : 1958 - 1996

Après le décès prématuré du couturier, Yves Saint-Laurent dont Christian Dior disait "Je souhaite qu'on le mette en avant...", prend la relève et présente le 30 janvier 1958 sa collection Haute Couture Printemps/Eté. La ligne "Trapèze" est un triomphe.

Après son départ, c'est au tour de Marc Bohan de reprendre le flambeau, et ce jusqu'en 1989. Ce dernier avait d'ailleurs été placé à la tête de la filiale londonienne par Christian Dior lui-même. C'est Marc Bohan qui, en 1967, dessine la première collection Baby Dior. Il crée aussi la ligne Christian Dior Monsieur.

Pendant ce temps, la société Dior connaît différents propriétaires (voir notre article sur le business Dior) et, en 1985, Bernard Arnault devient Président Directeur Général de la Société Christian Dior.

En 1989,
Gianfranco Ferré succède à Marc Bohan. Il devient responsable des collections Haute Couture, Haute Fourrure, Prêt-à-Porter Femme, Prêt-à-Porter Fourrure et Accessoires féminins.

Le trio de choc de la maison Christian Dior : 1997- 2005

Avec John Galliano, que Bernard Arnault nomme créateur de Dior en 1997 puis Directeur Artistique de l'ensemble des lignes féminines de Christian Dior (la Haute Couture, le prêt-à-porter, la maroquinerie, les chaussures, la lingerie et les maillots de bain, la publicité et les vitrines des boutiques Dior) en 1999, un vent nouveau souffle sur la maison Dior. Rajeunie et beaucoup plus sexy, elle retrouve une seconde jeunesse ainsi qu'une plus grande visibilité grâce à celui que l'on surnomme "l'enfant terrible de la mode anglaise".

La griffe continue à s'étendre avec l'arrivée en 1998 de Victoire de Castellane. qui est engagée pour créer la ligne de Haute Joaillerie Christian Dior. Avec elle naissent des collections empreintes de classicisme et d'extravagance.

Enfin, Hedi Slimane, qui travailla pour Yves Saint-Laurent, devient en 2000 le Directeur Artistique de Christian Dior Monsieur. Sa recherche de la perfection et son style, à la fois classe et moderne, sont des atouts indéniables pour la maison Dior dont le succès n'est plus à démontrer. A l'heure où j'écris, il a été remplacé par Kris Van Assche.

http://www.linternaute.com/femmes/luxe/0511dior/histoire.shtml

Parent de Christian Dior et coauteur avec Vincent Leret de "Christian Dior... Homme du Siècle", Jean-Luc Dufresne nous dévoile sa vision sur le personnage qu'était le célèbre couturier.

« Il a stupéfié car il a pris à contre-pied une période marquée par la guerre. Alors qu'elle venait de se terminer, il a osé dire que l'on avait le droit au luxe, à la féminité. Il autorisait d'une certaine manière les gens à se dire que la guerre était finie et qu'ils pouvaient de nouveau rêver. »

« J'ai une préférence pour la collection de 1949-1950. Elle est très équilibrée, les tailleurs sont merveilleux. Pour moi, elle est annonciatrice de ce qu'allait être la suite. »

http://www.linternaute.com/femmes/luxe/0511dior/interview.shtml

Image1_32__R_solution_de_l__cran_

En 1947, alors que pensif il se promène sur la plage, il bute sur une pierre et la ramasse. Elle a la forme d'une étoile avec un trou en son centre. Il se dit que c'est un bon présage et se lance à fond dans la réalisation de ses projets. La "Lucky Star" Dior est née (que l'on retrouve sur bon nombre de ses produits tel que le Dior phone, etc...) et sa première collection est un triomphe !

Image1_33__R_solution_de_l__cran_
Cela surprend aujourd'hui !!!!!

Image1_34__R_solution_de_l__cran_

Image1_35__R_solution_de_l__cran_
Image1_36__R_solution_de_l__cran_
Image1_37__R_solution_de_l__cran_
DSC01547__R_solution_de_l__cran_
Textes scannés : MEMORIAL DE NOTRE TEMPS - ANNEE 1947 !

collage2

Entre ces deux montages, plus de 60 années se sont écoulées ! Du classicisme élégant d'après guerre qui paraissait si gai après les jours "gris", nous sommes passés à l'éclatement des couleurs, des matières et des formes.

collage5

Collection Dior Automne-Hiver 2008-2009 Prêt-à-porter

http://madame.lefigaro.fr/mode/defiles/femmes/10/547-dior/collection

2_dior_142702_11

QUAND LA CREATIVITE JUSTIFIE DU PRIX

A ce propos, je vais vous raconter une petite histoire. Une jeune femme pénètre dans la boutique Dior de New-York entièrement vêtue CD. Seul le Bibi lui manque. Elle s'adresse à la vendeuse lui demandant ce couvre-chef mais la réponse négative la navre. Monsieur C. Dior, présent ce jour là, intervient et confectionne en deux tours de main un magnifique chapeau à la dame ravie. Celle-ci lui demande le prix de sa création. "Deux mille dollars" répond-il. Stupéfaite la dame s'exclame horrifiée ... Monsieur C. Dior démonte alors doucement "l'édifice" sur le chef de la mécontente qui s'insurge et lui dit : "Madame, le tissu et les épingles sont offerts." ...........

°°°°°°°°°° Image1_38 °°°° Image1_38°°°°°°°°°°

Mais vous attendez tous et toutes des photos plus ... personnelles ! Et bien voilà :

DSC00532__R_solution_de_l__cran_

DSC01028__R_solution_de_l__cran_

COUCOU !

Cette prise de vue a été faite par le charmant Monsieur qui a confectionné mon chignon (exactement ce que je voulais et sans que je le lui demande !). J'y suis allée déjà vêtue  pour la soirée et malgré le froid de la nuit tombante, j'étais très à l'aise.
Quant à ma tenue, je n'ai AUCUNE PHOTO DE MOI et attend le bon vouloir de ceux qui m'ont photographiée (ce qui sera fait très prochainement et je ne manquerai pas de  les mettre sur mon blog).

DSC00511__R_solution_de_l__cran_

DSC01047
Voici donc les dirigeants et créateurs de la maison Dior.

De gauche à droite : le bras droit de Mr. Toledano, Mr. Toledano - Directeur Général - , Mr. Arnault - Président du Conseil d'Administration -, Mme de Castellane - Directrice artistique joaillerie -, Mr. Van Assche - Directeur artistique homme - et Mr. Galliano - Directeur artistique femme et parfums -.

Malheureusement, j'étais placée de côté et les spots en plein dans l'axe de mon objectif. Les photos s'en ressentent ... !

DSC01055__R_solution_de_l__cran_

BERNARD ARNAULT est un homme d'affaires français né le 5 mars 1949 à Roubaix dans le Nord. Propriétaire du groupe de luxe LVMH, il est la première fortune française et selon le magazine Forbes la 15e fortune mondiale en 2008.

Bernard Arnault n'a pas souhaité divulguer le montant de son salaire, qui est cependant estimé à près de 4 millions d'euros. En 2005, sa fortune (21,5 milliards d'euros) faisait de lui l'homme le plus riche de France, selon le classement du magazine "Forbes".

Parcours A sa sortie de Polytechnique en 1969, Bernard Arnault intègre l'entreprise Ferret-Savinel. Il la préside de 1978 à 1984, avant de devenir le PDG de Financière Agache S.A. et de Christian Dior S.A. Il entreprend alors de réorganiser le groupe dans le cadre d'une stratégie de développement fondée sur les marques de prestige. En 1987, il crée le premier groupe mondial du luxe, LVMH "Moët Hennessy - Louis Vuitton".

Anecdote Avec son ami Albert Frère, Bernard Arnault possède "Château Cheval blanc", le premier grand cru classé de Saint-Emilion. Il est également le principal actionnaire du plus grand vin de Sauternes, le "Château d'Yquem".

http://www.linternaute.com/actualite/savoir/06/salaires-patrons-francais/arnault.shtml

DSC01061__R_solution_de_l__cran_

SIDNEY TOLEDANO est né le 25 juillet 1951 à Casablanca (Maroc)  où sa famille est installée depuis le XVe siècle (!).

J'étais donc en pays de connaissance ... mais n'ai pas osé le saluer et pourtant j'en ai eu la possibilité ...

DSC01549__R_solution_de_l__cran_

Une boutique a été "ouverte" à Casablance (Maroc) il y a peu de temps.

Sorti en 1976 de l'école centrale de Paris, où il s'intéresse particulièrement aux mathématiques appliquées, il entre comme consultant marketing chez Nielsen International, qui l’envoie quelque temps au Brésil. Il passe ensuite chez Kickers, puis chez Lancel, où il devient Directeur Général et métamorphose la marque. Il quitte Lancel en 1993, invité par Bernard Arnault à rejoindre Christian Dior Couture, pour y développer la maroquinerie. Il en devient dès 1998 le Président–Directeur-Général et est aujourd'hui Directeur Général du groupe Christian Dior. WIKIPEDIA

… Le PDG de Dior Couture, Sidney Toledano, reste à peu près inconnu du grand public. Il est pourtant l’artisan du spectaculaire développement de la marque-phare de LVMH.

Depuis qu’il en a pris la direction, il y a dix ans, les ventes de Dior ont été multipliées par quatre et la rentabilité ne cesse de croître depuis 2002.

Chez Dior, il a su opérer un vrai changement de modèle économique. Il a coupé dans les licences qui brouillaient l’image de la marque et a conduit le développement de nouveaux produits : les sacs, les souliers, les bijoux. Il a su aussi parfaitement “gérer” trois stylistes d’exception : John Galliano, pour la femme ; Victoire de Castellane, pour la joaillerie ; Hedi Slimane, pour l’homme, remplacé il y a quelques mois par Kris Van Assche. Il a su enfin construire un réseau de boutiques intégrées dans plus de 100 pays.

A 57 ans, Sidney Toledano est devenu ainsi un des hommes les plus puissants du monde de la mode. Et pourtant, rien au départ ne laissait entrevoir une semblable destinée. De formation, Sidney Toledano est avant tout un ingénieur : il a fait ses études à l’école Centrale et s’intéressait alors surtout aux mathématiques appliquées. Puis il a commencé sa carrière chez Nielsen, la société d’études marketing connue pour ses fameux panels, avant de rejoindre les chaussures Kickers, un univers encore bien éloigné de celui de la haute couture. Ce n’est que chez le maroquinier Lancel qu’il démontre ses talents de gestionnaire et d’homme de marketing en relançant la marque de manière spectaculaire. Avant que Bernard Arnault ne vienne le chercher, en 1994, pour développer chez Dior la maroquinerie...

A la rigueur de l’ingénieur, Sidney Toledano ajoute créativité et réactivité, deux qualités essentielles qui, selon lui, sont à l’origine de la réussite de Dior. Amateur d’histoire et de voyages, l’enfant de Casablanca qui se définit comme “un nomade marchand” est tout sauf un homme de certitudes. Dans l’univers de la mode, où les égos sont volontiers surdimensionnés, sa personnalité est finalement aussi atypique que son CV.

http://www.associationhec.com/francais/manifestations/biographie_toledano.php

DSC01050__R_solution_de_l__cran_

Victoire de Castellane une jeune femme que j'admire pour son talent et surtout pour son hommage à la nature. (Je lui "rends" son jolie visage ci-dessous car cette photo est vraiment moche ! ).

victoire_castellane_veritable_eloge_lexentric_L_1

En 1999, la maison Christian Dior se lance dans la joaillerie. Victoire de Castellane, directrice artistique, imagine alors des bijoux qui rompent avec les codes traditionnels du luxe. Parmi eux, les bagues Incroyables et Merveilleuses qui arborent des énormes pierres aux couleurs joyeuses. Très vite, ces bagues reconnaissables au premier coup d'oeil, accèdent au rang de bijoux cultes.
Avec les Incroyables et les Merveilleuses, Victoire de Castellane se révolte contre l'esprit trop sérieux de la place Vendôme. Avec ce nom, elle fait référence à l'extravagance de la jeunesse dorée pendant le Directoire.

Les filles, les Merveilleuses et les garçons, les Incroyables tournent le dos aux codes sociaux établis. Ils s'habillent avec provocation et exubérance: robe à l'antique très suggestive, culotte plissée et bas rayés, cravate verte et perruque blonde font partie de la nouvelle garde-robe. Un esprit rebelle et une excentricité que l'on retrouve dans les bagues Dior, colorées et surdimensionnées.

collage

Véritable éloge à l'excentricité, colorées et imposantes, chacune de ses créations dévoile une référence au passé de la maison Dior, à l'image du muguet, fleur fétiche de Monsieur Dior et signe emblématique de la maison. L'enfant terrible de la place Vendôme, Victoire au pays des merveilles, flirte avec un humour et un imaginaire débordants qui font le succès de la joaillerie Dior.

http://www.paperblog.fr/592032/victoire-de-castellane-veritable-eloge-a-l-exentricite-pour-la-maison-dior/

Le muguet est la fleur favorite de Christian Dior? Qu'a cela ne tienne, Victoire de Castellane la créatrice qui dessine la joaillerie, va le métamorphoser en de somptueux bijoux.

d3309i71920h195016

Dès sa première collection qui évoque le jardin du couturier à Milly-la-Fôret, elle dessine de longues feuilles vertes qui deviennent un collier enlaçant le cou. Les clochettes blanches elles, viennent se perdre dans le décolleté. http://www.joyce.fr/mag/bijoux/d3309/c84151.html

POUR EN SAVOIR PLUS : http://www.rdl.com.lb/1999/3715/joaillerie.html

DSC01049__R_solution_de_l__cran_

Cet homme est vraiment charmant ! La fossette de sa joue gauche et son regard pétillant de malice m'ont fait "craquer" ! J'ai vu dans l'oeil de ce Maître toute la fantaisie du monde mais aussi beaucoup de sensibilité et de finesse. Il "décoiffe", certes, mais d'un esthétisme savant et recherché.

DSC01543__R_solution_de_l__cran_

"On" m'a fait la surprise d'aller chercher un autographe pour me l'offrir ... !

DSC01062__R_solution_de_l__cran_

Désolée, Mr John pour ce portrait raté mais je n'y suis pour rien ..., le projecteur aveuglait mon objectif. Vous voyez quand même son adorable fossette ...

Portrait de John Galliano, directeur de création de Dior Couture

"Ce jour-là, John Galliano se croit projeté dans un film de James Bond. Une berline bleu marine aux vitres teintées vient le cueillir à son domicile parisien. Devant le 30, avenue Hoche, à deux pas de l''Etoile, la voiture ralentit. Le chauffeur alerte la sécurité de l''immeuble. La porte métallique du parking se relève. Dans la pénombre, des cerbères en costume gris, talkie-walkie à l''oreille, accueillent le styliste. On le conduit vers un ascenseur dérobé qui le transporte au dernier étage. « C''était une atmosphère très 007, se souvient-il. Les portes se sont ouvertes, et je me suis retrouvé dans un bureau immense et magnifique. » Là, « un homme élégant » l''attend. Il va changer sa vie. Il s''appelle Bernard Arnault." ... Bertrand Fraysse

John Galliano est un créateur de haute couture, de nationalité britannique, né le 28 novembre 1960 à Gibraltar. Son véritable nom est Juan Carlos Antonio Galliano. Son père, John Joseph Galliano, est un anglais d'origine italienne qui était plombier de profession, et sa mère, Anita Guillen, est une espagnole, amatrice de vêtements et de flamenco. Il a deux sœurs plus âgées, Rosamaria et Immaculata.

John Galliano et sa famille s'installent à Battersea en 1966. C'est alors un faubourg pauvre de la banlieue sud de Londres, avec une population très cosmopolite, habité par des familles africaines, asiatiques et indiennes, ce qui fut pour lui « une source d'enrichissement culturel fantastique »

Bernard Arnault, qui a pris la tête de LVMH depuis 1987, le nomme, en 1995 chez Givenchy, directeur de la création du Prêt-à-porter et de la Haute-couture et en 1996 chez Christian Dior, directeur de la création de la Haute-Couture et du Prêt-à-porter féminin. La toute première robe qu'il réalise chez Dior est pour la princesse Diana, qui la porte à l'inauguration de l'exposition des 50 ans de la marque Dior au Moma de New York.

Son génie fut de s'attaquer à n'importe quel élément et de le réinventer en le sortant de son contexte. En novembre 1999, il devient directeur artistique de l'ensemble des lignes féminines de Dior et prend en charge la responsabilité de l'image globale de la griffe, communication incluse. En 2001, il ajoutera à ses responsabilités celle de l'image des parfums Dior. C'est à cette époque qu'il commence à se transformer en véritable icône de la mode. Il ne veut pas être le fournisseur du tout show-business, mais avoir une relation privilégiée avec seulement quelques célébrités bien choisies capables en devenant des icônes de la mode de propulser l'image Dior au rang de la marque la plus « hype » du monde.

En l'an 2000, avec son défilé, dit « Clochards », il a voulu rendre un hommage luxueux et romantique « à l'ingéniosité que déploient les déshérités pour se vêtir ». Ce défilé a profondément marqué les annales de la mode : il a créé un style sans équivoque, que l’on va bientôt surnommer « porno-chic » et qui a révolté plus d’une fidèle de la marque. Ce défilé de mode a aussi donné lieu à une importante manifestation d’associations de soutien aux SDF devant le siège de Dior.

En 2003, il ouvre sa propre boutique "John Galliano", rue Saint Honoré à Paris, à l'emplacement où se tenait autrefois le célèbre salon de Madame de Tencin, reconfigurée par l'architecte Jean-Michel Wilmotte et lance sa collection Hommes tout en continuant ses activités chez Dior au siège de l'avenue Montaigne. En 2004, le chiffre d'affaires de Dior Couture se monte à 594 M€.

Sa collection printemps-été 2006 a été portée lors du défilé par des nains et des géants, des gros (merci John) et des minces, des jeunes et des vieux (merci John), des beaux et des laids ...

Une lettre manifeste revendiquant « le droit à la mode pour tous » parce que « tout le monde est beau » était posée sur chaque chaise. WIKIPEDIA

VOGUE dévoile le secret de sa forme créative :

Le secret de cette étonnante créativité est une hygiène de vie très stricte, et 10 km de footing quotidien sur les bords de Seine. «C'est bon pour la concentration et j'en retire beaucoup d'énergie et d'attention.»

http://www.vogue.fr/Mode/Portraits/081119-test-john-galliano.aspx

DSC01053__R_solution_de_l__cran_

Kris Van Assche 

Kris Van Assche, c’est l’élégance sobre, la classe absolue pour un homme. Mais c’est aussi le jeune belge dont on s’arrache les vêtements. Un designer qui s’est longtemps inspiré des autres pour créer sa propre marque.

Après Dries Van Noten…

Après le premier designer belge reconnu, voici venir Kris Van Assche, nouveau prodige de la mode. Oscillant entre glamour et classe pour ses créations, on peut saluer l’étonnante créativité du jeune homme. Adolescent, il nourrissait sa passion de la mode en regardant Madonna et tirait la conclusion suivante « sa réputation et sa renommée sont en partie due à sa garde robe ! ». Ainsi Kris Van Assche dessinait ses créations et demandait à sa grand-mère de les coudre. Rien ne disposait pourtant ce jeune homme à se lancer dans l’aventure du design.

Les études et Paris

En 1994, il entreprend des études à l’Académie Royale d’Anvers, en marchant sur les traces de ses ainés Ann Demeulemeester et Dries Van Noten. Fort de sa réussite pendant ces quatre années d’apprentissage, le jeune belge devient parisien et officie alors pour une période de deux mois dans la prestigieuse maison de couture Yves Saint Laurent, alors dirigée par Heidi Slimane. Son stage de deux mois aboutira à une collaboration de six années entre les deux hommes, d’abord chez Yves Saint Laurent puis chez Christian Lacroix. Le talent du jeune belge est reconnu par le designer. Il apprend, fait ses armes, et veut tenter l’aventure de créer sa marque.

2005, l’année de la marque KVA

Modernité, innovation, élégance … Tels sont les trois mots qui pourraient décrire les créations de Kris Van Assch surnommé KVA, initiales avec lesquelles il signe ces dessins. Il n’essaye pas de ressembler aux autres designers et se crée un univers bien à lui… Dans ses boutiques, pas de sportwear mais uniquement du « classique classe » s’il on peut dire, de l’innovation pour mettre en valeur les hommes. Pas de collections sans une touche de nonchalance, qui est et reste aujourd’hui sa marque de fabrique. En trois années, il décide de développer sa marque. Entre accessoires, sacs et bijoux, le designer ne cesse de se développer et de se faire connaitre du grand public mais aussi de la sphère mode.

Le retour chez Christian Dior
Sa marque lancée, son talent reconnu, Kris Van Assche a tout pour être heureux. Son maitre Heidi Slimane quitte Christian Lacroix. Le giron LVMH ne voit alors qu’une seule possibilité de remplacer le designer. Proposer à Kris Van Assche de revenir pour œuvrer en tant que directeur artistique de la collection Homme chez Dior. Le designer accepte. Et l’aventure reprend alors en avril 2007 alors même que sa marque est déjà bien installée. Il doit maintenant faire face au talent immense d’Heidi Slimane pour créer et innover au sein de la maison Dior. Tout comme lorsqu’il était adolescent, le jeune belge ne recule pas devant le travail et bouillonne d’idées. Nostalgique de l’époque où les hommes prenaient le temps de se faire beau, Kris Van Assche se soucie du détail, de tous les détails. Le jeune belge est perfectionniste, et doit peut être à ce trait de sa personnalité sa carrière fulgurante .

Un talent incomparable aux yeux des designers, une touche de simplicité et de glamour, une nonchalance qu’on lui pardonne tant cela rend ses créations merveilleusement admirables… Kris Van Assche est l’homme à surveiller cette année. Un designer qui grandit et mûrit. Avis aux fans pour les prochains défilés.

http://www.ykone.com/fr/createurs/bio/kris-van-assche

Après ces présentations nécessaires pour mieux comprendre l'esprit de la Maison Dior, entrons ENFIN dans le vif du sujet de la soirée : les Catherinettes (célibataires à 25 ans) et les Nicolas (célibataires à 30 ans) travaillant chez Dior (ce qui explique le floutage par respect pour leur anonymat !) :

DSC01068__R_solution_de_l__cran_

De bien jolies coiffes, n'est-ce pas !

DSC01065__R_solution_de_l__cran_

Comme vous pouvez le remarquer, il y a bien plus de filles "courageuses" que de garçons "timides" ... qui ont osé afficher leur célibat ! ...

DSC01066__R_solution_de_l__cran_

Copie__3__de_DSC01059__R_solution_de_l__cran_

Chacun d'entre eux a reçu ce beau carton enrubanné mais je n'ai pas eu la curiosité de demander ce qu'il y avait dedans !

DSC01069

John Galliano embrasse l'une des Catherinettes.

DSC01070__R_solution_de_l__cran_

Puis c'est au tour de Mr. Arnault.

A l'issue de cette première cérémonie, des médailles du mérite ont été distribuées au personnel par ancienneté (de 15 à 45 ans de bons et loyaux services au sein de la Maison Dior !) ... :

DSC01072__R_solution_de_l__cran_

Un clic pour voir nos trois si sympathiques créateurs (au centre).

DSC01075__R_solution_de_l__cran_

Nous étions 3500 personnes ce soir là au Lido et un dîner attablé nous a été servi. Le plus extraordinaire c'est que les plats étaient chauds !

Image1_29__R_solution_de_l__cran_

Une organisation exemplaire du personnel du Lido qui se faisait discret mais très attentif et efficace. BRAVO ! L'entrée était divine et originale (la sauce verte était faite à base d'algues). Quant au filet de canette rôti, un délice rosé et tendre. (Pas de photo non plus car je ne voulais pas passer pour une "paysanne" ...!).

Le spectacle a commencé au dessert (vous ne verrez aucune photo car c'était interdit, ce que je comprends parfaitement !).

LE SITE OFFICIEL DE DIOR. ALLEZ Y RÊVER ....... :

http://www.diorcouture.com/fr/montres_fr.html?gclid=CLWF4Pi9tZcCFQxMtAodiSVAiw