A_ABLOG_PHOTOS3__R_solution_de_l__cran_

Il faisait froid, il faisait gris, il a plu jusqu'à 14 h 30 sans discontinuer mais pourtant j'ai passé des moments extraordinaires ! L'odeur de l'huile de ricin, les vrombissement des chevaux poussés à l'extrême que j'entends encore dans mes entrailles, l'ambiance toute particulière des circuits, la bonhommie des motards et leur esprit jovial de compétition, la virilité de ce sport d'adresse et de courage, les belles machines anciennes ou récentes et leurs caractéristiques techniques, etc ............. Il faut y avoir été pour comprendre l'excitation que l'on ressent dans un paddock, mêlés à cette foule de champions ou d'anonymes amoureux de leur (leurs) machine !

DSC07409__R_solution_de_l__cran_

Le succès rencontré lors de la première édition en 2009 pour la Sunday Ride Classic a poussé les organisateurs à renouvelé l’opération. Pour le week-end de Pâques 2010, rendez vous sur le circuit Paul Ricard HTTT du Castellet pour la nouvelle Sunday Ride Classic ! Ouverte à tous, chacun peut rouler si toutefois il possède une moto datant de 1969 à 1985.

Au programme cette année, une journée de démonstrations durant laquelle tout le monde pourra rouler avec sa moto sur la piste du circuit F1 de 3,8 km, en compagnie de pilotes célèbres comme Christian Sarron, Hubert Rigal, Guy Bertin, Alain Michel, Hervé Moineau … et à côté de Honda CB 750, Benelli Sei, Kawasaki H2, Yamaha RDLC, Suzuki GSXR, Ducati, Honda RC30 …toutes les belles mécaniques de l’époque dorée seront là en action !

Ce week end sera aussi l’occasion de la première apparition pour des essais avant saison de la nouvelle série ICSB ! L’ International Classic Super Bike sera une série réservée aux machines 4 temps Production et Superbike récentes : Motos d'usine ou de compétition construites avant décembre1993. MV Agusta sera également à l'honneur puisque l’écurie MV Agusta (Agostini, Read et Bonera) sera de retour avec le team ELLY qui amènera 6 MV Agusta de la grande époque des années 60 et 70 ! Une occasion exceptionnelle de réentendre à ces motos légendaires avec par exemple, l’OW31 de Coluche avec laquelle il avait comptabilisé plusieurs records de vitesse.

On annonce également un plateau compétition digne d’un GP 500 avec des Honda V3 500, 2 Cagiva 500 d’usine, et la sortie unique depuis leur retrait de la compétition, d’une Yamaha 500cc OW 54 ( Cylindres reverses ) de 1981, et Yamaha 500cc OW 60 ( 4 cylindres en carrés et distributeurs rotatifs ) de 1982. L’OW 60 n’est sortie qu’une seule année (82) pour Sheene, Crosby et Fontan. Elles seront pilotées par des pilotes tout aussi prestigieux : Hubert Rigal et Christian Sarron.

Olivier Jacque fêtera au Castellet le 10ème anniversaire de son titre en 250 La plateau de la Sunday Ride Classic 2010 s'enrichit d'un événement exceptionnel de plus : Le 4 Avril, le circuit Paul Ricard verra le retour en piste d'Olivier Jacque sur sa 250 Yamaha officielle pour fêter les 10 ans de son titre Mondial de 2000 !

"Depuis la ligne d'arrivée du GP d'Australie où j'ai eu le titre, je n'ai jamais reconduit ma 250" explique Olivier Jacque. "L'an dernier j'a été charmé par la première Sunday Ride Classic, c'était le meilleur événement pour ressortir cette moto et féter les 10 ans de mon titre Mondial avec les fans !" Un moment d'autant plus important et symbolique après l'arrêt définitif de la catégorie 250 remplacée par les Moto2 !

Des anniversaires à fêter Plusieurs motos de route seront mises à l’honneur pour fêter leurs anniversaires : 30 Ans de la 350 RDLC, 25 ans de la Suzuki 750 GSXR mais aussi de la Honda 400 NSR et de la Suzuki 500 gamma ! Les heureux propriétaires de ces motos pourront s’inscrire dans des sessions spéciales pour regrouper les modèles en action sur la piste.…

http://www.motoservices.com/vitesse/sunday-ride-classic-2010-2k10047.htm

DSC07398__R_solution_de_l__cran_

Le copain de mon Homme, Jean-Luc Borgetto (constructeur de motos), nous avait pris deux billets "paddock" et nous étions donc aux premières loges (je l'en remercie encore ici) ! Le voici posant à côté de quelques unes de ses motos "Home made" dont la réplique de la Honda de GP de 1962,  la RC162.

DSCF0049_r_plique_de_Honda_de_GP_de_1962_la_RC162

Photo prise au circuit du Luc le 4 septembre 2005. Mon Homme est fort intéressé ...!

A_ABLOG_PHOTOS9__R_solution_de_l__cran_

DSCF0052

"J'ai construit ma 1ere moto en 2005. Une réplique de Honda de GP de 1962, la RC162.

Mais j'avais utilisé un moteur existant : un 250cc 4 cylindres 4 temps qui tourne à 20000tr/mn, diffusé uniquement au Japon Australie et Nouvelle Zélande.

Du début des années 1980, ce moteur est un moteur moderne. J'avais vu une photo de la RC162 dans une revue japonaise, c'est à partir de la photo que j'ai construit la moto. Le moteur m'a été fourni par un ami qui l'avait ramené du japon, j'ai donc fait le chassis puis tout l'habillage réservoir selle carénage en alu, puis les échappements.

Depuis je fais rouler cette moto en démonstration, rétrospectives de côte, manifestations de motos anciennes, sans aucun problème.

Celle là finie, j'ai cherché une autre moto ayant marqué ma jeunesse et n'ai pas cherché longtemps : la MV 3 était celle que je me devais de construire ou d'essayer de construire et aujourd'hui le rêve est devenu réalité.

DSC07504_jls_megusta_au_lieu_de_MV_agusta__R_solution_de_l__cran_

Maintenant il me tarde de rouler sur un circuit et d'en faire profiter un maximum de gens."

Jean-Luc BORGETTO

http://inspiration-mv3.jlsp503.over-blog.com/article-4760533.html

DSC07399__R_solution_de_l__cran_

Replique MV3 JLspecial503 - JLSP megusta au lieu de MV agusta ... lol !!!

DSC07505_R_plique_de_la_MV_Agusta_3_cylindres_de_Giacomo_Agostini_jean_luc_sp_cial_borgetto__R_solution_de_l__cran_

Remarquez l'insigne "JL" (de part et d'autre de la bulle) au lieu de "MV".

DSC07504_jls_megusta_au_lieu_de_MV_agusta__R_solution_de_l__cran_

"Près de 1100 heures et un an et demi de travail pour des feuilles d'alu formées au marteau, un cadre assemblé "au feeling" et un moteur de R6 "découpé" : On rencontre très rarement une réalisation artisanale d'une telle qualité. Le cadre est fabriqué à partir de tube d'acier industriel étiré. Pour les cotes, Jean-Luc s'est seulement basé sur une photo du modèle original ! La fourche et les freins sont de vrais Ceriani. Contrairement à la vraie, la chaîne de la JLspecial 503 est à gauche, son empattement plus long de 40 mm et son cadre plus large. Mais elle fait autant rêver que le modèle original et reste aussi nettement plus accessible..." Par Manu Cadiou

http://www.moto-station.com/article2199-jlspecial-503-me-gusta-tu-replica-.html

L'originale =

DSC07503__R_solution_de_l__cran_

DSC07501__R_solution_de_l__cran_

DSC07500__R_solution_de_l__cran_

Le montage ci-dessous nous montre mieux le travail magnifique de Jean-Luc =

A_ABLOG_PHOTOS10

MONTAGE DE PHOTOS trouvées ici : http://www.moto-station.com/article2199-jlspecial-503-me-gusta-tu-replica-.html

"Précisons malgré tout que le maestro n'en était pas tout à fait à son baptême du chalumeau. Peu avant, il avait déjà exercé ses talents sur une réplique de Honda R 162 (celle pilotée par le non moins mythique Luigi Taveri), fièrement motorisée par un détournement de 4 cylindres Honda 250 cm3... des années 80. Enrichi de cette première expérience, on comprend que s'en prendre à la reine italienne n'ait donc pas plus inquiété notre homme. Pour établir ses cotes, Jean-Luc nous avoue s'être basé sur une simple photo de la vraie MV Agusta 3 cylindres en prenant comme référence dimensionnelle... la jante arrière. Pour le reste, il a utilisé entre autre la technique retenue pour sa première 250 cm3 Honda : "taper" de la feuille d'alu pour donner forme au réservoir et à l'habillage. Pour le cadre, là encore tout s'est fait au feeling pour découper et souder autant de tube d'acier industriel étiré que nécessaire. Un feeling miraculeux en tout cas quand on découvre le résultat.

JLspecial 503 : Me gusta tu replica !*

En ébauchant son projet, sans doute Jean-Luc Borgetto n'imaginait-il pas la vague de sympathie et surtout d'admiration qu'il allait susciter autour de lui. Certes, les reconstructions de motos anciennes ne sont pas rares dans notre petit univers, à grands renforts de moyens et de compétences de pointe. Mais imaginer un " modeste " passionné, sans bagage technique ni pedigree particuliers, se lancer dans une aventure comparable et surtout, en venir à bout, voilà qui n'aurait sans doute pas effleuré la plupart d'entre nous ! Et pourtant, cet ancien professionnel du tourisme en préretraite a réussi un véritable tour de force : donner vie à une réplique de MV Agusta 3 cylindres, la moto du roi Ago en personne, en partant... de rien ou de si peu. Bien sûr, les plus tatillons auront relevé la supercherie. S'il s'agit d'une réplique, celle-là l'est bien sûr plus dans l'esprit de son créateur que dans la fiche technique. Puisqu'à la base du projet, on retrouve ni plus ni moins qu'un quatre cylindres... d'origine Yamaha R6. Tant pis pour les maniaques mais tant mieux pour les amateurs, avec beaucoup de passion et l'aide de quelques amis, Jean-Luc a donné vie à ses rêves, sans chichis. Ainsi, l'ablation du cylindre superflu s'est faite à coups de disqueuse de 230 mm. Simple et efficace." Par Manu Cadiou. http://www.moto-station.com/article2199-jlspecial-503-me-gusta-tu-replica-.html

DSC07497_alain_michel_champion_du_monde_side_car_et_borgetto__R_solution_de_l__cran_

Jean-Luc Borgetto et Alain Michel, le champion du monde de side-car.

httpwww

MOSAÏQUE à partir de PHOTOS = http://www.bonhuil.com/AlainMichelperso2.html

Je ne savais pas qui était cette homme charmant et "sans chichis" et ne l'ai découvert que bien après en lisant son palmarès sur le Net ..... Je lui rends hommage ici à défaut de l'avoir fait sur place !

"Connaissez vous le pilote moto Français le plus titré ? Pons ? Sarron ? Tournadre ? Roche ? … non il s'agit d'un pilote de side car … et il s'appelle Alain Michel.

Jugez plutôt, les chiffres parlent d'eux même :

16 saisons au plus haut niveau. 138 Grands Prix disputés. 77 Podiums. 18 Victoires. 43 Poles Positions et Records du Tour … Un titre de Champion du Monde. 3 fois vice Champion du Monde. 9 titres de Champion de France … qui dit mieux.

Alain Michel commence à courir en solo en 1972, il remporte d'ailleurs cette année là la Coupe des Quatre Saisons en catégorie 500 sur sa 450 Honda, en remportant la Coupe du Printemps à Magny Cours (Motor-Stadium Jean Behra) et la Coupe d 'Automne sur le circuit du Mans. Cette année là il termine également 2e du Championnat de France 500 national, derrière Jean François Baldé qui courrait sur sa Kawasaki 500.

Mais l'expérience d'Alain en solo n'étant pas concluante, il se lance sur trois roues en 1975, Mais entame une saison complète en Grands prix en 1976 avec Bernard Garcia comme passager, … et il gagne sa première course du championnat de France qui se déroulait au Mans lors du Challenge Acat. Il engrange d'autres victoires et obtient dés sa première participation le titre de Champion de France. Mieux pour son premier Grand Prix (Grand Prix de France au Mans), toujours en 1976, il termine 2e et finit cette année là 9e du mondial. La fusée Michel est lancée.

L'année 1977 confirmera l'immense talent (pilote et préparateur) d'Alain. En effet cette année là, avec Gérard Lecorre comme coéquipier, il remporte son premier Grand Prix, toujours lors du Grand Prix de France, mais qui cette fois se déroulait sur le circuit du Castellet. Mais malgré quelques soucis mécaniques, il termine 5e du mondial.

Pour en savoir plus : un article de Laurent Gomis du 21 décembre 1977

1978 verra Alain Michel monter un peu plus vers le haut du classement. Avec 6 podiums dont 2 victoires il termine vice champion du monde avec Stuart Collins comme passager.

1979 sera moins faste. Nouveau passager, Michael Burkhard, mais une 4e place finale au mondial avec pourtant deux belles victoires (GP de France au Mans et GP des Pays Bas à Assen).

L'année 1980, Alain remonte dans le top 3 avec le même passager, pas de victoire cette année là, mais 5 secondes places …

En 1981 c'est un nouveau titre honorifique de vice champion du monde derrière Rolf Biland et deux victoires de plus pour Alain et surtout sur les 9 courses Alain et son passager Michael Burkhard sont montés 8 fois sur le podium !!!

En 1982 c'est une nouvelle 3e place final au mondial (2 victoires).

L 'année 1983 est plus difficile. Alain change de passager en la personne de Claude Monchaud et la nouvelle équipe termine 4e .

L'année 1984 voit l'arrivée de Jean Marc Fresc et le nouveau tandem renoue avec la victoire en Belgique et c'est une nouvelle fois sur la 3e marche du podium mondial que la saison se termine.

Année " catastrophique " en 1985 … et une 7e place au classement final.

Mais en 1986 renversement de situation, l'équipage Michel - Fresc fait parler la poudre et la bagarre contre l'équipage Streuer - Schmieders va durer toute la saison. C'est l'équipage Français qui aborde le dernier Grand Prix (Allemagne - Hockenheim - 28/09 1986) en tête du classement provisoire du Championnat du monde. Une 4e place suffit alors à Alain et Jean Marc pour être sacré Champion du Monde … mais un casque mal attaché, suite à un interview de dernière minute (voir commentaire d'Alain Michel ci dessous) ruine tous les espoirs d'Alain. Ils termineront la course en 5e position et au terme du Championnat ils seront à égalité de points avec l'équipage batave… mais ce sont ces derniers qui seront sacrés Champion du Monde, grâce à leur nombre de victoires plus important (5 contre 2). C'est une très grosse déception dans le clan Français, mais il en faut plus pour abattre l'homme de défi qu'est Alain… alors il repart à la chasse au titre.

1987 … 4e du mondial (5 podiums), 1988 … encore 4e (2 podiums), 1989 … 3e (3 podiums)…

1990 : L 'année de la consécration. Enfin, après savoir bataillé 14 saisons au plus haut niveau … la 15e sera la bonne… seule ombre au tableau … l'ami, le complice Jean Marc, n'est plus là … et c'est Simon Birchall qui le remplacera pour goûter au bonheur ultime…. CHAMPION du MONDE.

Bravo à Alain pour sa combativité, son immense talent de pilote, mais également de préparateur. Par exemple, en 1988, Alain Michel aide son ami Claude Fior à concevoir une moto de Grands Prix entièrement française. L'innovation principale de cette machine est son architecture. La suspension avant, alors inédite se prête bien à la réalisation d'un moteur porteur. Ce constructeur moto fait parler de lui dans le monde de la course moto, en étant le seul européen à défier les grands constructeurs japonais. Ils seront cette année là, la meilleure équipe privée du championnat du monde 500 cm3 avec son pilote suisse Marco Gentille."

http://www.bike70.com/AlainMichel.html

la_MV_Agusta_3_cylindres_pilot_e_dans_les_ann_es_60_et_70_par_Giacomo_Agostini

Cette belle MV AGUSTA et sa réplique m'amènent à vous montrer le champion des champions, Giacomo AGOSTINI !

"Giacomo Agostini (né le 16 juin 1942, à Brescia, Italie) est un multiple champion du monde de vitesse moto.

Il est encore aujourd'hui le plus titré de l'histoire, avec quinze titres mondiaux, record qu'il sera difficile d'approcher car il courait dans plusieurs catégories par week-end et qu'il a été titré dans deux catégories différentes (350 et 500) pendant cinq années consécutives, de 1968 à 1972. Ses succès sont dus à son talent incontestable, mais également à des formidables machines, la MV Agusta et la Yamaha TZ.

En 1999, son nom est ajouté au Motorcycle Hall of Fame de l'American Motorcyclist Association.

Palmarès

  • Champion du monde de 350 cm³ : 1968 à 1973 sur MV Agusta, 1974 sur Yamaha

  • Champion du monde de 500 cm³ : 1966 à 1972 sur MV Agusta, 1975 sur Yamaha (huit titres, record historique)

  • 311 victoires internationales dont 122 Grand Prix (68 en 500 cm³, 54 en 350 cm³ et 1 en 750 cm³)

  • 18 titres de champion d'Italie

  • Détenteur du record du nombre de meilleurs tours en course, avec 117 tours les plus rapides (plusieurs catégories confondues)

  • En 1968, il a gagné toutes les courses en 500 cm³ et 350 cm³

  • A gagné le plus de courses en championnat du monde (catégorie reine), dépassé par Valentino Rossi le 14 septembre 2008

  • A fait vingt-deux podiums consécutifs, égalé par Valentino Rossi

  • A été cinq fois champion dans deux catégories la même année

  • Dernier vainqueur sur un 4-temps (MV Agusta) en 350 au GP des Pays-Bas 76 et en 500 au GP d'Allemagne 76 (sur le Nürburgring."  WIKIPEDIA.

DSC07406__R_solution_de_l__cran_

Je lui ai "arraché" ce beau sourire en lui tapotant l'épaule ....!!!

A_ABLOG_PHOTOS5__R_solution_de_l__cran_

Une belle brochette de champions toutes catégories (italiens, français ...) très heureux, semble-t-il de se retrouver sur le bitume !

hubert_rigal__olivier_jacque__herv__moineau__agostini__alain_michel__guy_bertin_

De gauche à droite : Hubert Rigal, Olivier Jacque, Hervé Moineau, Giacomo Agostini, Alain Michel, Guy Bertin,...................

A_ABLOG_PHOTOS4__R_solution_de_l__cran_

DSC07446__R_solution_de_l__cran_

Un vrai charmeur !

DSC07457__R_solution_de_l__cran_

Il ne manquait que Jean-François Baldé ce jour là :

A_ABLOG_PHOTOS8__R_solution_de_l__cran_

Ici, en grande discussion avec mon Homme et des copains lors d'un repas motards avec notre club "OVER FIFTY" en décembre 2004.

"Jean-François Baldé est né le 29 novembre 1950 à Mulhouse, où il a habité jusqu'à l'âge de 13 ans, avant de déménager à Hyères. Désormais responsable en Europe des relations techniques et de la vente d'une marque de carburant américain, il a été consultant sur TMC pour les grands prix moto après l'avoir été sur La Cinq.Pour la saison 2001-2002, Il commente les GP 500 pour France Télévision.

Jean François Baldé a fait de la compétition durant vingt ans, de 1969 à 1989. Il a participé à 200 grands prix, montant cinq fois sur la plus haute marche du podium - en Argentine, en France, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas et en Afrique du Sud - et une quinzaine de fois sur les deux autres. Il peut ainsi se targuer d'un palmarès qui fait bien des envieux : une fois deuxième du championnat du monde de vitesse 250 cc derrière l'Allemand Anton Mang, trois fois troisième de ce même championnat du monde de vitesse, en 250 cc mais aussi en 350 cc, et trois fois premier du championnat de France - une fois en endurance et deux fois en vitesse dans les catégories 250 cc et 500 cc.

Il se fait très vite un nom sur le plan national mais sa carrière internationale fut longue a se dessiner. Il débute la compétition en 1968 au guidon d'une 250 Suzuki et en 1970 il obtient le soutien de l'écurie Guignabodet qui lui prête des motos en endurance et en vitesse.

Jusqu'en 1975 il obtient de bon résultats en endurance sur Kawasaki et ne courre en vitesse qu'en France par manque de compétitivité de ses machines.

S'il se lance dans les GP en 1976 (Yamaha), ce n'est qu'en 1977qu'il commence à obtenir de bons résultats lorsqu'il obtient enfin une bonne moto (Kawasaki).Il dispute alors le championnat 250, 350 et 750.

C'est en 1980 que Baldé obtient ses meilleurs résultats. Il brigue régulièrement les podiums des Grands Prix et au final il obtient la 3eme place du championnat du monde 250, derrière Mang et Ballington eux aussi sur Kawasaki. Il obtient également une superbe 3 eme place au final mondial 350. Malgré ces bons résultats Jean François Baldé court après sa première victoire.

1981 verra ce rêve se réaliser. En effet dés le premier GP de la saison, en Argentine, il remporte sa première victoire en 250 et vise le titre. Il se battra toute la saison contre Anton Mang, également su Kawa. Mais c'est l'allemand qui coiffera la couronne mondiale. En 350 il termine l'année en 3 eme position.

En 1982, il espère encore remporter le championnat en 250 et surtout en 350 (dernière année). Il effectue une superbe saison, étant même très longtemps le leader da la catégorie 350. Mais de nouveau Mang le coiffe sur le poteau. Les années suivantes seront plus difficiles.

Sa kawasaki n'étant plus compétitive il court en 1983 sur les motos de l'écurie Chevalier, un accident à mi saison (ligaments d'une jambe arrachés) le met hors course pour le reste de la saison.

En 1984 il intègre l'écurie Pernod pour piloter la 250 construite en France. Il effectue une belle saison en 1988.Il quitte la compétition à 39 ans en 1989."

http://www.bike70.com/Balde.html

Ce fut vraiment une excellente journée malgré la pluie.

UN GRAND MERCI A TOUS POUR CE SPECTACLE !

Un second chapitre paraîtra très bientôt. Il sera consacré aux motos présentes lors de ce SUNDAY RIDE CLASSIC.

Et pour le fun, un petit souvenir d'un passé pas bien lointain (septembre 2005) lors d'une présentation de vieilles machines au circuit du Luc =

A_ABLOG_PHOTOS11__R_solution_de_l__cran_

Une super course de side-car ... et une femme "singe" (en rouge à droite) en équilibre précaire !!!

DSCF0005_1

Quant à moi, je n'ai fait que pauser pour la photo mais ... j'aurai bien fait un tour !!!