"Il n’est de vertu plus indispensable à nous tous que celle de l’humble simplicité." (Saint-Bernard). - (Cela va plaire à Jimidi ... hihihi !) - Et l'abbaye en est l'exemple : simplicité certes, mais pureté des murs en pierres jointées à sec ; dépouillement certes, mais l'oeil reste imprégné par l'ensemble quand le soleil exalte les courbes, pare la pierre de couleurs ; austère certes, mais solide et rassurante.

DSC01648__R_solution_de_l__cran_

Au détour d’une petite route de Provence se cache cette magnifique abbaye cistercienne bâtie entre la fin du XIIe siècle et le début du XIIIe siècle.

513px_Ordre_cistercien

Cette abbaye est fondée dans la deuxième moitié du XIIe siècle par des religieux venus de l’abbaye de Mazan (Ardèche). La construction débute dans les années 1160 et se poursuit jusque vers 1230.
L’abbaye du Thoronet est l’une des « trois soeurs », groupe d’abbayes cisterciennes provençales formé par Senanque et Silvacane en plus de celle-ci. Toutes trois présentent les caractéristiques de l’architecture cistercienne : pureté, dépouillement, harmonie…

Délaissée après 1789, elle est redécouverte par Mérimée et finalement restaurée à partir des années 1840. Aujourd’hui, on peut visiter l’église, le cloître et plusieurs bâtiments qui abritaient autrefois les religieux. L’architecture cistercienne se reconnaît ici dans le dépouillement de l’ensemble : par exemple, les chapiteaux du cloître portent une ornementation très discrète. Toutefois, cette décoration est à ne pas manquer : on y découvre des langues, en référence à l’importance des chants religieux (particulièrement grande au sein de l’ordre cistercien). Ce cloître possède une autre particularité : il est construit sur un terrain légèrement en pente, ce qui fait que son parcours n’est pas plan : il faudra monter quelques marches pour parvenir à l’église.

Celle-ci présente elle aussi des proportions harmonieuses et un intérieur dépouillé où les jeux de lumière furent subtilement créés. Quelques fragments de peinture murale ornent encore les absides : toutefois, elles sont beaucoup plus récentes que le bâtiment lui-même puisqu’elles sont datées du XVIIIe siècle. En été, les guides font quelques vocalises dans le chœur afin faire entendre et comprendre l’acoustique du lieu. Émotion garantie!

D’autres salles sont à découvrir au cours de la visite : la salle capitulaire (où se trouve l’unique croisée d’ogives du site, seul élément gothique de l’abbaye) et différentes salles de la vie des religieux (dortoir, terrasse…). On peut aussi parcourir les jardins, restitués en partie.

http://www.info-histoire.com/coup-de-coeur/606/abbaye-du-thoronet-var/

l8217ecole_L_3

Photo du Net

 DSC01650__R_solution_de_l__cran_

L'entrée fait penser à un château fort avec sa tour de guet ...

DSC01832__R_solution_de_l__cran_

DSC01829__R_solution_de_l__cran_

DSC01830__R_solution_de_l__cran_

La porte s'ouvrait sur un monde de paix intérieure et de silence, propice à la relation avec Dieu.

DSC01658__R_solution_de_l__cran_

Le premier bâtiment que l'on voit est l'abbatiale (église d'une abbaye ou d'un monastère - abbatiale - abbacia ou abbatia en latin).

DSC01660__R_solution_de_l__cran_

Le clocher date de 1160/1180. La flèche de pierre est haute de 30 mètres.

DSC01657__R_solution_de_l__cran_

Sur la gauche, des ruines brisent la rigueur de l'ensemble ...

DSC01665__R_solution_de_l__cran_

DSC01662__R_solution_de_l__cran_

DSC01663__R_solution_de_l__cran_

DSC01818__R_solution_de_l__cran_

ENTRONS DANS L'ABBATIALE =

DSC01683__R_solution_de_l__cran_

 DSC01668__R_solution_de_l__cran_

L'abside

DSC01674__R_solution_de_l__cran_

A droite du choeur, ce petit autel dans une niche où restent encore apparentes des peintures du 18e siècle représentant des anges.

DSC01674__R_solution_de_l__cran_

DSC01675__R_solution_de_l__cran_

Je n'ai pris aucune photo au flash afin de laisser à la lumière le moyen de "s'exprimer".

DSC01689__R_solution_de_l__cran_

 DSC01686

Les fenêtres sont rares et étroites, percées dans des murs de 1,60 à 1,80 mètre d’épaisseur. Elles sont au nombre de quatorze, fermées par des vitraux en grisaille. Le dépouillement est total mais l’architecture est transformée sous l’effet de la lumière. On en est parfois venu jusqu’à considérer Le Thoronet comme un temple manichéen de la lumière… Elle donne à l’architecture son mouvement, sa forme et sa vie : elle paraît sculpter la pierre, le levant et le couchant, coïncidant avec les heures les plus importantes de l’office du jour. WIKIPEDIA.

DSC01680__R_solution_de_l__cran_

Les dalles de pierre du sol prennent des teintes rosées et jaunes selon l'éclairage de la journée ...

 DSC01676__R_solution_de_l__cran_

... tout comme les murs autour des vitraux.

 DSC01685__R_solution_de_l__cran_

Un concert ayant lieu en soirée, des estrades barraient le passage vers le choeur ce qui m'a obligée à zoomer sur cette Vierge à l'enfant aux lignes très pures sculptées dans le bois.

DSC01672__R_solution_de_l__cran_

Idem pour ce Saint (est-ce Saint-Benoît, patron des ouvriers agricoles ???)

DSC01687__R_solution_de_l__cran_

Outre la lumière, ce qui nous a le plus interpellé et émotionné, est l'acoustique exceptionnelle de l'abbatiale. Notre guide en fait démonstration ICI. Il a réussi à me donner la chair de poule !!!

L’acoustique, avec son écho forcément prolongé, impose au chant un style particulier et une discipline : les chanteurs doivent chanter lentement et à l’unisson.

L’abbaye du Thoronet possède une acoustique unique au monde. Lorsque les conditions sont réunies, les voûtes soutiennent la résonance du chant durant plus de 12 secondes, exaltant chaque fréquence avec la même intensité. Cela exige des chantres qu’ils utilisent un répertoire traditionnel non tempéré. Rien ne s’y prête mieux que le Grégorien, au point qu’on ne sait plus guère si c’est le Thoronet qui a été conçu pour ce chant ou si le chant grégorien avait été préparé pour se dilater un jour sous ces voûtes. Qu’elle joie pour les oreilles musicales autant que pour les néophytes d’entendre fleurir le bouquet des harmoniques lors de l’offertoire ! Ces « voix angéliques » qui semblent se poser sur celles du chœur étaient, pour les moines du Moyen Age, l’image de la louange céleste à laquelle se joint celle de l’Eglise pèlerine.

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Des-chantres-a-l-abbaye-du.html

 DSC01682__R_solution_de_l__cran_

Nous quittons l'église abbatiale en passant par la galerie qui entoure le jardin du cloître afin de nous rendre au réfectoire des moines.

LE LAVABO ET LE REFECTOIRE  =

DSC01796__R_solution_de_l__cran_

Aperçu sur le cloître

DSC01794__R_solution_de_l__cran_

LE LAVABO

DSC01802__R_solution_de_l__cran_

Le toit est une coupole de pierre à cinq pans, soutenue par six ogives.

DSC01742__R_solution_de_l__cran_

DSC01741_1__R_solution_de_l__cran_

Le lavabo et ses 16 robinets.

DSC01740__R_solution_de_l__cran_

DSC01795__R_solution_de_l__cran_

Le lavabo est considéré comme l’un des plus purs exemples de lavabo cistercien. Il fait saillie sur le préau du cloître avec lequel il communique. La disposition hexagonale du pavillon avait une signification symbolique en rapport avec la tradition gallo-romaine de construire ainsi le baptistère, peut-être en mémoire des six jarres d’eau transformées en vin à Cana.

Les moines entraient par groupes par une porte et ressortaient par l’autre. Seize robinets sont branchés à la vasque supérieure de 1,35 mètre de diamètre, reconstituée par François Roustan et Jules Formigé après 1900. Seule la vasque inférieure est authentique. À la fin du XIXe siècle, l’architecte Revoil, chargé de la restauration du lavabo, a découvert des éléments de canalisation. On sait que la technique employée à Silvacane (éléments de conduite d’eau creusés dans des blocs de calcaire, longs d’environ 90 centimètres et pouvant s’emboîter les uns dans les autres) nécessitait une taille que la qualité de la pierre du Thoronet ne permettait pas. WIKIPEDIA.

LE REFECTOIRE

 DSC01696__R_solution_de_l__cran_

A l'heure du déjeuner, la lumière devait pénétrer bien plus dans cette grande salle aux nombreuses ouvertures. Cette photo a été prise à 14h45 ! L'acoustique y est tout aussi exceptionnelle.

DSC01695__R_solution_de_l__cran_

DSC01700__R_solution_de_l__cran_

DSC01703__R_solution_de_l__cran_

DSC01698__R_solution_de_l__cran_

DSC01694__R_solution_de_l__cran_

Nous empruntons cette petite porte pour accéder à la terrasse.

LA TERRASSE

DSC01798__R_solution_de_l__cran_

DSC01800__R_solution_de_l__cran_

D'ici, on peut voir les ouvertures vitrées donnant sur le réfectoire.

DSC01799__R_solution_de_l__cran_

Vue presque entière à gauche sur le carré du cloître et petit aperçu des "ruches" du jardin des simples de Johan Creten, en hommage aux abeilles laborieuses, qui ressemblent à des têtes de cavaliers casqués du moyen-âge ...

DSC01804__R_solution_de_l__cran_

... et que nous retrouvons également sur la terrasse, telles des sentinelles et représentant "la Communauté".

Image21_1

Copie_de_Image21_1

DSC01806__R_solution_de_l__cran_

DSC01812__R_solution_de_l__cran_

Sculptures en bronze patiné, fonte à la cire perdue (2010).

DSC01816__R_solution_de_l__cran_

Je n'ai point vu d'abeilles mais Johane pause au milieu de l'oeuvre de Johan Creten et cela m'a amusée !

DSC01803__R_solution_de_l__cran_

Des rigoles et des trous de récupération de l'eau de pluie sont aménagés partout dans l'abbaye comme ci-dessous :

DSC01736__R_solution_de_l__cran_

... dans le cloître.

DSC01802__R_solution_de_l__cran_

Vue à droite, dont le petit bâtiment hexagonale du lavabo.

DSC01813__R_solution_de_l__cran_

Une dernière prise et nous redescendons pour voir le cloître.

LE CLOÎTRE

DSC01747__R_solution_de_l__cran_

Il est le coeur de l'abbaye

DSC01743__R_solution_de_l__cran_

DSC01797__R_solution_de_l__cran_

Tout autour, des arcs doubles en demi-cercle, percés d'un oculus, s'ouvrent sur les bâtiments intérieurs, leur apportant la lumière nécessaire.

DSC01745__R_solution_de_l__cran_

DSC01752__R_solution_de_l__cran_

DSC01744__R_solution_de_l__cran_

Nous y voyons d'autres ruches de Johan Creten, "Le jardin des Simples" quelque peu différentes des premières. Bronze patiné, soudé et taillé, fonte à la cire perdue (2010 - 2011).

DSC01748__R_solution_de_l__cran_

LA SALLE CAPITULAIRE

Elle date de 1170 pour les murs et les colonnes, de 1200-1240 pour les voûtes d’ogives. L’importance du lieu est reflétée par la qualité de son architecture et de son décor. Elle est voûtée par six croisées d’ogives retombant sur deux colonnes dans l’axe central de la salle. Le procédé utilisé est celui – typiquement cistercien – de l’ogive se terminant dans le mur en fuseau, fréquent dans les abbayes méridionales et espagnoles. Le profil « en amande » de la voûte la rend encore plus légère et raffinée. Dans tous les monastères de l’Ordre, la salle capitulaire devait avoir au moins trois fenêtres à l’Est et trois baies à l’Ouest, sur le cloître, l’une servant d’accès, ce qui est bien respecté au Thoronet. WIKIPEDIA.

DSC01706_1__R_solution_de_l__cran_

Vue sur le cloître ...

DSC01707__R_solution_de_l__cran_DSC01708__R_solution_de_l__cran_

DSC01714_influenc_e_par_le_gothique_avec_des_voutes_sur_crois_e_d__ogives_reposant_sur_deux_colonnes_aux_chapiteaux_d_cor_s

Un coup d'oeil à l'intérieur de la salle, seul lieu ou l'architecture a été conçue avec quelques éléments décoratifs.

Influence de gothique avec des voûtes sur croisées d'ogives reposant sur deux colonnes aux chapiteaux décorés.

 DSC01711__R_solution_de_l__cran_

Des bancs de pierres ont remplacé ceux en bois lors des restaurations. Les moines s'y installaient pour écouter le lecteur.

 DSC01718__R_solution_de_l__cran_

Le pupitre du lecteur était au milieu, entre les deux colonnes.

DSC01713__R_solution_de_l__cran_

DSC01724__R_solution_de_l__cran_

DSC01722__R_solution_de_l__cran_

 DSC01723__R_solution_de_l__cran_

DSC01717__R_solution_de_l__cran_

Une fleur à huit pétales, symbole de la perfection, de l'infini.

DSC01719_huit_symbole_de_la_perfection__de_l_infini

 DSC01726__R_solution_de_l__cran_

Les pommes de pin entrecroisées, dont le grain est serré dans l’austérité de la Règle, sont les symboles de la recherche de la sagesse. Selon l’abbé cistercien Gilbert de Hoiland, la multiplicité et l’humilité des grains cachés, les monades, les moines, sont contenues dans l’unité maternelle du fruit / du monastère. Fruit dur comme la Règle, qui ne s’ouvre qu’à la chaleur du soleil de vérité, et alors les graines / les moines, emportés par le vent, vont essaimer ailleurs filles et petites-filles. Ces pommes de pin ne sont pleinement illuminées qu’au couchant, alors que le soleil n’atteint la croix qu’à l’aurore. La main tenant une crosse du chapiteau Nord est le symbole de l’autorité de l’abbé. Il fut souvent enterré dans cette salle, afin que mort, sa mémoire ajoute à l’autorité de l’abbé vivant. WIKIPEDIA.

DSC01721__R_solution_de_l__cran_

DSC01720__R_solution_de_l__cran_

DSC01731__R_solution_de_l__cran_

Une fleur à cinq pétales, symbole de l'harmonie et de l'équilibre. Une main tenant une crosse abbatiale dont j'ignore l'explication ?!

DSC01730__R_solution_de_l__cran_

Encore quelques clichés des longs "couloirs"...

DSC01735__R_solution_de_l__cran_

DSC01732__R_solution_de_l__cran_

Gros plan sur ce sol usé par les pas des moines et qui a "entendu" tant de prières !

 DSC01733__R_solution_de_l__cran_

... une porte et nous nous dirigerons vers LE CELLIER.

LE CELLIER

Le cellier se présente actuellement sous la forme d’une longue pièce rectangulaire accolée à la galerie ouest du cloître, ce qui est une disposition habituelle. La forme du bâtiment n’est plus d’origine car celui-ci a connu de nombreux remaniements architecturaux. Une étude archéologique permettrait de déterminer les différentes périodes de transformations. Au XVIe siècle le cellier est transformé en cave à vin. Il reste actuellement des pressoirs, souvenir de cette époque. WIKIPEDIA.

DSC01754__R_solution_de_l__cran_

En chemin, ce vieil escalier qui mène on ne sait où ?

DSC01782_2__R_solution_de_l__cran_

Le cellier est vaste et frais. Il est couvert d'une belle voûte en berceau brisé.

DSC01782_1__R_solution_de_l__cran_

En haut, la cuve à foulage où les moines piétinaient le raisin ...

DSC01776__R_solution_de_l__cran_

... et dont le jus sortait par le trou ménagé dans le mur ... A gauche, on aperçoit la bonde.

 DSC01762__R_solution_de_l__cran_

L'une des ouvertures sur l'extérieur

DSC01783__R_solution_de_l__cran_

Cuve à vin du XVIIIe siècle

 DSC01771__R_solution_de_l__cran_

Le pressoir à huile à vis et son réceptacle ...

DSC01778__R_solution_de_l__cran_

DSC01784_1__R_solution_de_l__cran_

Encadrement d'un très grand et vieux pressoir vermoulu ...

DSC01787__R_solution_de_l__cran_

DSC01790__R_solution_de_l__cran_

Cette photo vous en donne l'échelle !

DSC01791__R_solution_de_l__cran_

La visite est terminée et nous ressortons dans le jardin ...

DSC01819__R_solution_de_l__cran_

DSC01827__R_solution_de_l__cran_

... où l'automne est bien là ...

DSC01823__R_solution_de_l__cran_

... comme le montre ce feuillage rougeoyant !

DSC01817__R_solution_de_l__cran_

Et c'est sur cette jolie fontaine moussue que je vous quitte en espérant que ce reportage vous donnera envie de venir visiter cette belle abbaye du Thoronet quand vous passerez dans le Var.