En ce moment c'est "l'hécatombe" autour de nous, si je puis me permettre cette expression ... Trois tristes décès de gens proches appris en une semaine (sans compter les pauvres disparus lors des innondations dans le Var !) . Ainsi, j'ai eu envie de leur rendre hommage "à ma façon".

Lors de mon dernier séjour à Paris en octobre 2011, on m'avait fortement conseillé d'aller visiter le cimetière du Père Lachaise. C'est ce que je fis, un peu contre mon gré car je déteste les cimetières ... J'ai fait un grand tour, me suis perdue, ai eu un gros coup de cafard en voyant toutes ces tombes de personnes connues ou inconnues et suis vite repartie vers d'autres lieux plus gais. Ainsi, je n'ai pas vu les tombes d'E. Piaf, H. Salvador, G. Bécaud, P. Desproges, Y. Montand, A. Girardot, M.Trintignant, Molière, H. de Balzac, Zavatta, E.Delacroix, ...

Je partage avec vous les quelques photos prises ce jour là =

DSC02493 [Résolution de l'écran]

Le long mur qui entoure le cimetière

DSC02495 [Résolution de l'écran]

Le cimetière du Père Lachaise est le plus vaste et le plus prestigieux des cimetières parisiens. C'est aussi l'un des plus grands espaces verts de la capitale.

Des débuts difficiles

A l'origine, le site est occupé par une propriété appartenant aux jésuites, ordre auquel appartient le Père La Chaise, confesseur du Roi Louis XIV. Dès 1801 il est prévu de créer de nouvelles nécropoles aux limites de la capitale pour remplacer les cimetières intra muros, jugés malsains. Baptisé cimetière de l'Est, le Père-Lachaise ouvre en 1804. C'est à l'architecte de la Bourse de Paris, Brongniart, que le préfet de la Seine confie les plans de la future nécropole. Pendant les dix premières années d'existence du Père-Lachaise, environ 80 % des inhumations y furent encore réalisées en fosses communes et 20 % seulement en "concessions " matérialisées par des tombes individuelles ou familiales éparpillées le long des chemins tortueux du parc funéraire créé par Brongniart. Ces tombes étaient alors très simples : pleine terre, dalle, stèle, etc., car le prix des concessions était fort élevé, une partie du produit perçu servant à financer les inhumations gratuites en fosses communes.

A ses débuts, le cimetière ne séduit guère les Parisiens. …..

Le plus grand jardin de Paris intra-muros

Dans sa forme actuelle, le Père-Lachaise compte 44 hectares. On y dénombre 5300 arbres, essentiellement des érables, des frênes, des thuyas et des marronniers, auxquels s'ajoutent quelques platanes, robiniers, hêtres, tilleuls, acacias, sophoras, noyers. Quelques arbres remarquables sont signalés par des plaques, ainsi un frêne commun datant de 1849, haut de 20 mètres. Le doyen des arbres du parc est un érable de Montpellier de plus de 150 ans d'âge.

Une histoire tragique

"Jardin des morts" voulu par ses concepteurs, le Père Lachaise n'a pas toujours connu le repos. En 1814 les élèves des écoles militaires de Polytechnique et d'Alfort se retranchent dans le cimetière face à l'avancée des troupes russes et se font massacrer sur place. C'est surtout en 1871 durant l'épisode de la Commune que le cimetière de l'est se distingue tristement. Les derniers combats entre Versaillais et Fédérés s'y déroulent à la fin de la « Semaine sanglante ». Les Fédérés fait prisonniers sont massacrés par les troupes versaillaises. Après les combats on amène 148 prisonniers fédérés qui sont fusillés contre le mur qui porte désormais leur nom. Depuis, cet endroit est devenu un lieu de mémoire pour les partis qui se réclament de l'héritage de la Commune.

Une exposition de sculptures à ciel ouvert

Au fil des ans, le Père-Lachaise est devenu une exposition à ciel ouvert d'art funéraire. Le cimetière est visité par deux millions de personnes chaque année, qui viennent y goûter le calme des lieux et visiter les tombes de personnalités célèbres. La partie la plus ancienne du site partie est dite "romantique". Celle-ci, à savoir les 17 hectares initiaux et les premiers agrandissements, constitue un site classé depuis 1962. Dans ce site classé, tous les monuments funéraires antérieurs à 1900, c'est-à-dire environ 30 000, sont inscrits à l'inventaire des monuments historiques. Par ailleurs, on dénombre douze monuments historiques classés : portail et chapelle de Godde, monument aux morts de Bartholomé, Héloïse et Abélard, Molière et La Fontaine, Delille, le Dragon, Mur des Fédérés, Cartellier, O. Wilde, chapelle Georges Guët. Le cimetière accueille depuis plus d'un siècle un ensemble crématorium-colombarium (monument inscrit), le premier de France, qui permet les incinérations et la conservation des urnes parmi lesquelles celles de nombreuses personnalités. Les cendres peuvent être également dispersées sur la pelouse d'un " jardin du souvenir " aménagé à proximité et qui fut, en 1985, le premier créé en France à cet effet.

Les gloires du Père-Lachaise   

Les visiteurs viennent sur les tombes de très nombreuses personnalités ou célébrités afin de leur rendre hommage. Parmi les 69 000 tombes environ que compte le Père-Lachaise on peut trouver celles de personnalités de tous les horizons, ce qui fait du cimetière un des lieux les plus visités de Paris après la Tour Eiffel, le Louvre et Notre-Dame. Le Père-Lachaise reçoit en effet environ 2 millions de visiteurs par an, attirés par la beauté du site, le nombre des personnages célèbres, le charme spécifique de ce " jardin pour les morts " qui n'a pas son équivalent dans le monde, la qualité des œuvres d'art qui décorent de nombreux tombeaux comme " la Musique en pleurs " sur la tombe de Chopin. …....

http://www.mairie20.paris.fr/mairie20/jsp/site/Portal.jsp?page_id=283

DSC02497 0 [Résolution de l'écran]

En fait,  j'y suis surtout allée pour admirer les oeuvres d'art qui "peuplent" ce genre d'endroit !

DSC02497 1 [Résolution de l'écran]

DSC02497 2 [Résolution de l'écran]

DSC02497 3 [Résolution de l'écran]

Les parisiens viennent s'y promener et faire causette assis sur un banc au calme et à l'ombre des beaux arbres.

DSC02504 [Résolution de l'écran]

Louis Tullius Joachim Visconti

Architecte français né à Rome le 11 février 1791 et mort à Paris le 29 décembre 1853. Louis Visconti était issu d'une célèbre famille d'archéologues : son grand-père Giambattista Antonio Visconti (1722-1784) avait fondé le Musée du Vatican et son père, Ennius Quirinus Visconti (1751-1818), en fut le conservateur.

Sa famille s'installa à Paris en 1798 et il obtint la nationalité française en 1799, son père étant nommé conservateur des Antiquités et des Tableaux au Musée du Louvre. … En 1840, il conçut les décorations de la capitale pour la cérémonie du retour des cendres de Napoléon Ier, puis il construisit le tombeau de l'Empereur aux Invalides. … WIKIPEDIA.

DSC02506 [Résolution de l'écran]

Sur ce caveau, une drôle de "bête" que je n'ai pu reconnaître !?

DSC02506 - Copie [Résolution de l'écran]

DSC02506 [Résolution de l'écran]

DSC02507 [Résolution de l'écran]

Certaines tombes (chapelles mortuaires ?) font de la peine par leur délabrement ...

DSC02509 [Résolution de l'écran]

DSC02513 [Résolution de l'écran]

A droite, la tombe de G.E. Haussmann

J'ai été fort impressionnée par tout ce que cet homme a fait pour la beauté et "l'oxygénation" de la ville de Paris sous l'égide de Napoléon Bonaparte . Lisez plutôt =

Georges Eugène Haussmann, né le 27 mars 1809 à Paris et mort le 11 janvier 1891 dans la même ville, a été préfet de la Seine du 23 juin 1853 au 5 janvier 1870.

À ce titre, il a dirigé les transformations de Paris sous le Second Empire en élaborant un vaste plan de rénovation, qui a donné lieu aux spéculations haussmanniennes à l'origine du krach de 1873.

Lors de son séjour en Angleterre (1846-1848), Louis-Napoléon Bonaparte fut fortement impressionné par les quartiers Ouest de Londres : il est vrai que la reconstruction de la capitale anglaise à la suite du grand incendie de 1666 avait fait de cette ville une référence pour l'hygiène et l'urbanisme. L'Empereur voulait faire de Paris une ville aussi prestigieuse que Londres : ce sera le point de départ de l'action du nouveau préfet.

On a pu dire que l'idée maîtresse de ces énormes travaux urbains est de "libérer les flux" (physiques, économiques et humains) en premier lieu par une meilleure circulation de l'air et des hommes, en adéquation avec les théories hygiénistes, héritées des « Lumières » et qui sont alors en plein essor, mais aussi en réaction à l'épidémie de choléra de 1832. Cette campagne sera intitulée « Paris embellie, Paris agrandie, Paris assainie » principalement pour faire revenir en centre-ville les classes sociales aisées...en "repoussant" le peuple en périphérie (banlieue)....

Par ailleurs, Haussmann écrit à Napoléon III qu'il faut « accepter dans une juste mesure la cherté des loyers et des vivres […] comme un auxiliaire utile pour défendre Paris contre l'invasion des ouvriers de la province. »

Haussmann a l'obsession de la ligne droite, ce que l'on a appelé le « culte de l'axe » au XIXe siècle; pour cela, il est prêt à amputer des espaces comme le jardin du Luxembourg mais aussi à démolir certains bâtiments comme le marché des Innocents ou l'église Saint-Benoit.

En dix-huit ans, des boulevards et avenues sont percés de la place du Trône à la place de l'Étoile, de la gare de l'Est à l'Observatoire; il donne également aux Champs-Élysées leur visage d'aujourd'hui.

Dans le but d'améliorer l'hygiène, par une meilleure qualité de l'air, suivant les recommandations de son prédécesseur le préfet Rambuteau, il aménage un certain nombre de parcs et jardins : ainsi sont créés, outre près de quatre-vingts squares, le parc Montsouris ou encore le parc des Buttes-Chaumont.

D'autres espaces déjà existants sont transformés et passent du statut d'espaces verts à celui de hauts lieux voués à la promenade (c'est le cas des bois de Vincennes et Boulogne). Il transforme aussi la place Saint-Michel et sa fontaine, car le lieu lui avait déplu dans son enfance.

Des règlements imposent des normes très strictes quant à la hauteur et au style architectural des édifices. L'immeuble de rapport et l'hôtel particulier s'imposent comme modèles de référence. Les immeubles se ressemblent tous : c'est l'esthétique du rationnel.

Afin de mettre en valeur les monuments nouveaux ou anciens, il met en scène de vastes perspectives sous forme d'avenues ou de vastes places. L'exemple le plus représentatif est la place de l'Étoile d'où partent douze avenues dont la plus célèbre de toutes : l'avenue des Champs-Élysées.

Il souhaite aussi créer des églises, afin d'influencer la population sur les progrès de l'industrialisation.

Il crée en parallèle, avec l'ingénieur Belgrand, des circuits d'adduction d'eau et un réseau moderne d'égouts, puis lance la construction de théâtres (théâtre de la Ville et théâtre du Châtelet), ainsi que deux gares (Gare de Lyon et Gare de l'Est).

Des communes limitrophes de Paris, comme La Chapelle, Montmartre, Auteuil ou encore Passy, sont annexées à la capitale. Dans le même temps, il procède à l'aménagement du Parc des Princes de Boulogne-Billancourt, dans le cadre d'une vaste opération immobilière sous l'égide du duc de Morny.

DSC02514-001 [Résolution de l'écran]

Charlotte Amélie Hermine de Musset

Sur cette tombe, une jolie sculpture représentant la soeur du dramaturge (période romantique) Alfred de Musset. Elle est enterrée juste derrière la tombe de son frère et tourne légèrement la tête en sa direction comme pour veiller sur lui de son doux regard.

DSC02515 [Résolution de l'écran]

DSC02520 [Résolution de l'écran]

Tombe d'Alfred de Musset

DSC02521 [Résolution de l'écran]

Alfred de Musset est un poète et un dramaturge français de la période romantique, né le 11 décembre 1810 à Paris, ville où il est décédé le 2 mai 1857.

DSC02522 Monument aux morts de Bartholomé [Résolution de l'écran]

Monument aux morts de Bartholomé

Le Monument aux morts du cimetière du Père-Lachaise est l'œuvre du peintre et sculpteur Albert Bartholomé inauguré le 1er novembre 1899, après douze ans de travaux. Ce monument est dédié à tous les morts sans distinction, trois autres monuments aux morts militaires avaient déjà été érigés, en mémoire des soldats morts durant le Siège de Paris (1870) (division 64), en mémoire des Gardes Nationaux de la Seine tués au combat de Buzenval le 19 janvier 1871 (division 72) et à la mémoire des défenseurs de Belfort (division 54). WIKIPEDIA.

DSC02525 [Résolution de l'écran]

DSC02529 [Résolution de l'écran]

DSC02530 [Résolution de l'écran]

DSC02532 [Résolution de l'écran]

La tombe de la romancière Colette

DSC02535 [Résolution de l'écran]

DSC02536 [Résolution de l'écran]

DSC02537 [Résolution de l'écran]

La tombe de la famille d'Ornano où est enterré Philippe Antoine d'Ornano, cousin de Napoléon 1er, et son épouse Marie Walewska, grand amour de l'empereur.

 

Dans son testament, Marie exprima le désir que son cœur reste en France mais que son corps soit transporté en Pologne dans le caveau familial de Kiernozia. Conformément à ce vœu, une urne contenant son cœur repose aujourd'hui au cimetière du Père-Lachaise dans le caveau des d'Ornano. WIKIPEDIA.

DSC02538 [Résolution de l'écran]

DSC02539 [Résolution de l'écran]

Tombe d'Anatole de la Forge, journaliste et politicien défenseur de la démocratie.

DSC02540 [Résolution de l'écran]

DSC02541 Corneilles noires [Résolution de l'écran]

Les corneilles noires sont nombreuses au Père Lachaise et "assombrissent" quelque peu l'ambiance déjà macabre du lieu ...

DSC02542 [Résolution de l'écran]

Les mousses sont "à leur aise" sur le ciment des tombes ...

DSC02549 [Résolution de l'écran]

Félix Faure, né à Paris le 30 janvier 1841 et mort le 16 février 1899 est un homme d'état français. Ministre de la Marine de 1894 à 1895, il est élu le 17 janvier 1895 président de la République française. Il meurt soudainement, quatre ans après son élection. WIKIPEDIA.

DSC02551 [Résolution de l'écran]

DSC02555 0 [Résolution de l'écran]

Marquis Eugène KUCHARSKI 1905-1977 - Ingénieur, fondateur de l'école professionnelle supérieur de Paris. 

DSC02555 1 [Résolution de l'écran]

 


 

LA TOMBE DE JULES VERNE AU CIMETIERE DE LA MADELEINE A AMIENS

DSC08769 [Résolution de l'écran]

Autre lieu, autre chef d'oeuvre qui m'avait fortement impressionnée = la tombe de Jules Vernes au cimetière d'Amiens !

Oeuvre parmi un certain nombre d'autres du sculpteur Albert Roze visibles en ce lieu, la tombe de l'illustre écrivain évoque le thème de la résurrection, en le représentant sortant de son tombeau en rampant. Le torse déjà dégagé de son linceul, il soulève de son dos la pierre dont l'angle est brisé, tend le bras et lève la tête vers la lumière.

D'autres analystes interprètent cette allégorie différemment. Ils veulent y voir le symbole de l'esprit créateur, tendant le bras dans une dernière énergie vers la lumière comme un appel à l'aide, alors que le corps glisse inexorablement vers les ténèbres avant que la pierre ne se referme. (Cette interprétation tout aussi intéressante ne semble pas prendre en compte un détail : l'angle cassé de la pierre tombale.). WIKIPEDIA.

DSC08770 [Résolution de l'écran]

DSC08789 [Résolution de l'écran]

DSC08778 [Résolution de l'écran]

DSC08775 [Résolution de l'écran]

DSC08779 [Résolution de l'écran]

DSC08776 [Résolution de l'écran]

DSC08777 [Résolution de l'écran]

DSC08783 [Résolution de l'écran]

DSC08781 [Résolution de l'écran]

DSC08791 [Résolution de l'écran]

DSC08793 [Résolution de l'écran]

DSC08792 [Résolution de l'écran]

Détail intéressant : sur toutes les photos prises à l'époque, aucune ne présente son profil gauche (!) =

0A AABLOG PHOTOS A [Résolution de l'écran]

DSC08782 [Résolution de l'écran]

DSC08784 [Résolution de l'écran]

DSC08785 [Résolution de l'écran]

DSC08787 [Résolution de l'écran]

Pour lire le message dans son entier c'est ICI =

ESSAIS PHOTOS SUR UNE OEUVRE D'ART (cimetière La Madeleine - Amiens)